•  

     http://Bratch.blogg.org

     

    Maggy qui n'en a pas fini essaie de m'apprendre que la décision définitive sera prise avant la fin de l'année. Seulement elle est embêtée dans la mesure où on lui demande son avis en tant que responsable du tourisme. Elle ne sait trop que décider. C'est difficile de dire oui ou non comme ça.. Gémit-elle;.. Parce que ce serait dommage Qu'un Étranger.. Vienne l'acheter et soit seul à en profiter.. Déjà qu'ils s'emparent de tout par ici;. Et toi qu'est-ce que t'en penses?.. Et il me semble bien avoir entendu la question seulement j'ai du mal à revenir sur terre. Oh.. Elle s'écrie;. Tu rêves ou quoi.. T'es où en ce moment?.. Alors qu'est-ce que t'en dis;. J'ai raison ou pas?.. Ce qui m'oblige à réagir et je m'approche d'elle à pas mesurés pour lui entourer les épaules. Je l'embrasse tendrement et lui mordille le cou. Idiot.. Elle proteste. Mais c'est que tu vas me laisser des marques.. Arrêtes.. Vraiment t'exagères.. Tu es fou.. Puis quelques secondes plus tard elle en profite et m'embrasse à pleine bouche. Oh mon loup.. Se laisse-t-elle aller. Je Ne Suis Pas un Étranger.. Lui susurrais-je dans le cou humide et doux. Pendant que je la pelote et la câline jusqu'à la sentir fondre Comme un Glaçon sur le Capot d'une Voiture en Plein Soleil... L'été s'achevait;..

    ..............................................................A Suivre... ..

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    Le ciel adouci caressait les pierres. Des lézards couraient de partout, furtifs et sournois. Je suivais l'un d'eux qui venait de me glisser entre les pieds. Il gigotait et se cogna la tête sur un caillou. Je sirotai ma bière à pas lents sur la terrasse donnant sur le jardin en ruines. D'un œil sec je m'avisais du sacré boulot qu'il faudrait pour tout remettre en état. Mais ça vaudrait le coup.. Je pensais.. Drôlement le coup. Maggy douce comme une chatte avait déplié un transat et mettait ses cuisses au vent. Si je me tournais vers elle je pouvais mâter sa culotte blanche en pleine lumière. Mais cela ne me faisait plus aucun effet. Elle fumait sa clope et avait bu un long verre d'eau. Ils disent rien si on leur tape une de leurs bières.. J'avais voulu savoir.. Je te signale que celle que tu bois je l'ai peut-être payé moi même. Ah bon.. Je fis étonné; Elle haussa les épaules. Mon mari est chasseur.. Et ils se font leurs petites bouffes ici;. Je te l'ai déjà dit.. Ses yeux crachaient une triste vérité. Tu t'emmerdes avec lui.. Je me suis permis de lui demander. Bof.. Je ne sais même plus;. Je me sens déjà trop vieille pour ce genre de questions. Je soupirais d'un air innocent d'apparence mais très orgueilleux au fond. Il te baise bien au moins.. Un silence comme une pierre nous tomba dessus. Mais qui ne dura pas. Elle se marrait au contraire. Je sais pas.. Elle fit. Tu l'as vu, il est balèze.. Et il a une grosse bite;. Ce qui fait illusion tu t'en doutes.. C'est tout ce qui tourne autour qui va pas;. Plus le temps passe et plus je trouve ça pénible;. Elle est vraiment énorme;. Je me demande si elle grossit pas avec les années; Lui il grossit bien;. Se reprenant aussitôt... Il enfle de partout c'est ça que j'ai voulu dire;. Mais tu m'avais compris;.. Elle tira longuement sur la cigarette que j'entendais grésiller à plusieurs mètres. Ces derniers temps je commence à avoir mal quand il me touche;. Pourtant il y a des moments où j'en ai envie comme une folle. Je sais même pas ce qui m'arrive..  A mon Âge.. .. Tu te rends Compte;. C'est peut-être de ta faute;. Elle n'eut d'autre idée pour m'accabler que de me lancer son mégot. Tu veux foutre le feu ou quoi;. Je m'écriais en me précipitant sur le mégot. Il pleut pas depuis des mois;. Une belle maison comme ça et tu la cramerais;. Serais-tu folle.. Elle plongea dans son sac pour en ressortir une autre cigarette. Elle ne fume pas tant d'habitude.. Je pensais. Mais les confidences matrimoniales devaient y être pour quelque chose. Bof.. Elle reprit d'une voix légèrement cassée. Je crois qu'on va pas la prendre cette maison. On en a parlé encore il y a quelques jours en réunion.. Ça poserait trop de problèmes quand on regarde de près.. Le bureau d'études a fait ses comptes, et il en faudrait pour remettre tout en état.. Mine de rien. Toutes les normes de sécurité sont à revoir et les séjours de groupes ne pourront jamais rentabiliser.. On a aussi pensé à redémarrer en hôtel de luxe. Pour répondre a la demande étrangère.. Enfin.. Certains le disent ou en sont persuadés;.. Seulement il faut investir gros au départ.. A commencer par un ascenseur.. Tu as une idée de ce que ça coûte?;. Il paraît que les clients n'ont plus envie de monter deux étages à pieds;. Mais dans quel monde on vit;;. Ouaih.. Dommage.. Dommage.. Elle continuait. Parce que c'était quasiment un don;. Le vieux ne peut pas la donner directement à cause des histoires avec les autres héritiers encore en vie;. C'est une ancienne famille qui possédait une moitié de la vallée il y a encore cinquante ans;. Ouaih.. On l'aurait eu pour presque rien, n'empêche que c'est pas la moment de se lancer dans des frais.. Il y a les travaux de la citadelle;. Les écoles;. Puis les bâtiments vides c'est pas ce qui manque depuis la fermeture des mines.. Enfin;. On a pas encore décidé.. On verra bien..; Je me retournais vivement pour qu'elle ignore mon visage glacé; Je me plantais au bord de la terrasse. Balayant du regard les vestiges du jardin. Les statues de pierre noircie et une tonnelle envahie de ronces au bout de l'allée. Pourtant tu as raison. Elle a de la gueule;. Je comprend qu'elle te plaise..; Je l'entendais répéter dans mon dos alors que me parvenait sa fumée mentholée et douceâtre. Je me penchais vers le fond vertigineux de la vallée et ses amas de pierres saignant la pente comme des torrents et des cascades figées. Le silence bouddhiste et un parfum de plantes sauvages. L'impression surtout que personne ne pensera jamais à venir chercher des noises dans un endroit qui n'existe même pas sur les cartes. Tout y est. La beauté du paradis et l'intelligence industrieuse des hommes confondues. Pour moi qui suis un émotif incapable de réagir simplement aux phénomènes de l'existence, c'est comme de tomber à pic dans un puit profond de sentiments. Une myriade de faits rentre dans ce qui m'arrive et me bouleverse. Maggy d'abord, puis Salvador qui veut m'obliger à gagner des millions pour je ne sais quelle étrange et exacte raison, et maintenant cette maison du paradis comme je l'ai appelé dès que j'y ai mis les pieds. Enfin Juliette sans qui les autres éléments ne signifieraient rien de très intéressant. Juliette qui vient Chez Nous.. Gagner sa croûte en louant des habitations aux anglais dans une histoire qui m'échappe ce dont je me moque en réalité. Seulement j'ai à cet instant précis mes deux pieds solidement posés sur le plus beau coin de terre qui soit pour émerveiller les touristes. En une fraction de seconde j'ai déjà tout mis au point. Je ne ferais pas ici un hôtel avec autant de lois horribles et contraignantes. Je me contenterais de quelques appartements à louer en chambres d'hôte ou quelque chose de similaire, je verrais plus tard. Moi même je m'arrangerais un petit pied à terre quelque part au dernier étage ou à l'arrière pour être tranquille. Quand à Juliette puisque de toute façon c'est son commerce, elle n'aura qu'à choisir elle même la place qui lui convient et son destin. Il n'y aura en tout cas plus personne pour voir quoi que ce soit de mal dans ce destin qui nous rapproche. Ainsi donc je rêve debout et éveillé. Mes vingt ans éternels me rendent lumineux. Jusqu'à la fin des temps je serais ce jeune homme fou et solitaire. Je ne mourrais jamais. N'étant pas destiné à la mort. Les lois de la vie sont pour les autres et ne peuvent concerner les héros comme Jack Elias. A-t-il seulement vieilli d'un jour depuis Que Je le Connais.. Donc j'ai beau vivre et crever au milieu de tout le monde. Je cache quelque chose qu'ils ne pourront jamais entendre. Un rêve sanglant et solitaire. Cette même folie qui me rendra éternel. Tout tient je le sais dans une courte formule. En Dehors de mon Rêve.. C'est Que de la Merde... Je fixe l'abîme en ayant plus peur de rien. Mon secret me rapproche du ciel...

     

     

     

     http://Bratch.blogg.org

    Dernier Coup de Reins sur

    http://www.lulu.com/content/2415280


    votre commentaire
  •  

    On se retrouva à l'entrée de ma maison du paradis. Je pourrais me vanter maintenant d'avoir prévu la suite mais était-ce si difficile et y a t'il de quoi se vanter. Les chromosomes obéissent à des lois exactement de la même façon que les neutrons et les protons Dansant dans le vide Cosmique... Encore faut-il que rien ne vienne se mêler des règles mystérieuses de l'univers pour que tout tourne comme le Créateur a prévu. Je me propose à ce sujet de témoigner à la fin de ma vie du mal que se donnent tous ces petits humains pour accomplir leur destin tourmenté et toujours contrarié. Je vois là une tâche noble et censée qui de surcroît me conviendrait au poil. Mais en attendant je suis un pion minuscule dans le jeu mystérieux et j'ai beau connaître l'avenir qui m'attend au delà de ce portail je ressens des lourdeurs dans les jambes, des tiraillements dans les mollets. Toute une lourde fatigue qui tombe vraiment mal. A cet instant présent quand j'y réfléchis je sais ce qui ne collait pas. Ma tête et ma queue ne s'entendaient pas comme il aurait fallu. Alors le conflit engendrait le mal et tout retombait sur les membres inférieurs. En vertu d'une autre loi aussi universelle qu'immuable. Les innocents toujours paient pour des fautes qui ne les regardent pas. En l'occurrence mes jambes morflaient parce que ma tête et ma queue n'arrivaient pas à se mettre d'accord. N'empêche qu'à nouveau je tombais en admiration devant La Maison du Paradis.. Ainsi que je l'avais baptisée un peu sans raison. La colline entière me paraissait magique. A peine devant la grille je ressentis l'agaçante impression de rentrer à la maison. Oui, chez moi,.. C'était vraiment à se rouler par terre comme idée. C'est un endroit qui me plait bien.. Je fis à Maggy qui s'esclaffa de cette façon que j'apprécie peu mais je ne sais si j'en ai déjà parlé, je hais les gens qui s'esclaffent pour un rien ou à la fin de chaque phrase. C'est bête et vulgaire et malheureusement très commun. Heureusement avec Maggy je ne suis pas marié. Quand je la vois c'est pour le boulot ou alors je m'arrangerais dorénavant que ce soit un de ces bons jours où j'ai bien la trique. C'est incroyable comme on supporte mieux ses semblables avec la queue raide. Notre entrée dans le grand hall tapissé m'impressionna toujours autant. Il y régnait une vieille atmosphère luxueuse agrémentée d'une odeur de poussière. Des relents d'épices ou de poivre. Quelques senteurs énigmatiques comme de vieux bois vernis; Un esprit trop souvent à la dérive comme le mien dans un décor pareil part vite dans des histoires invraisemblables. Débarrassé de ses occupants et acceptant tous les fantasmes. Un grand hôtel vide est mystérieux. C'est le lieu rêvé pour des martiens complotant contre le monde comme dans Les Envahisseurs.. . J'imagine des trafiquants de drogue avec leur laboratoire planqué dans les caves. Forcément de belles femmes plutôt louches traînent autour de ce genre de rassemblements. En robes de soie et bas assortis.. C'est un endroit très sexuel. Comme un rêve de romancier fou. Qui sent le stupre dans les étages, derrière les portes des chambres avec chacune un numéro. .Il faut avoir l'esprit bouché pour ne pas imaginer le genre de films qu'on pourrait y tourner. J'en suis malade rien que d'y penser. J'aurais donc manqué autant d'aventures dans ce qu'on appelle la Vie. Mais j'ai beau la mettre en pièces jours et nuits celle là elle ne m'en veut pas tant que ça, je l'amuse je crois bien, et puis c'est bien elle qui m'a fait de ce bois, alors magnanime elle me laisse quelques miettes cette vie hallucinante et n'étant plus aussi exigeant que je l'étais dans ma jeunesse, je compte bien m'en satisfaire. Donc un hôtel vide et une Maggy sous la main feront l'affaire même si elle me fatigue avec sa façon de me coller de près depuis notre arrivée. Je la prend néanmoins par la taille et elle se met à glousser comme une dinde sur le chemin des étages. Formant ainsi à nous deux un équipage qui ne risque pas d'aller très loin. A mi parcours et dans l'ombre elle me retourne comme une crêpe et me coince contre le mur. C'en est fini des plaisanteries. Elle en peut plus. Elle attaque par le paquet et souffle tout ce qui lui passe par la tête. Elle est pas loin de me les arracher quand je me décide à lui passer une main entre les fesses. Entre nous ça rigole plus du tout. C'est rien d'autre que la vie et si aujourd'hui pour de mauvaises raisons cela ne m'intéresse qu'à moitié je vais avoir l'air idiot. Il ne fallait pas commencer cette romance de la manière que je m'y suis pris. Même son odeur corporelle ne m'attire plus autant que la première fois. Elle passe tout juste maintenant. Ce maudit malaise que je reconnais au premier symptôme et qui débarque encore au bon moment..; Il me fallait de la dope de toute urgence et j'allais la chercher du côté de Juliette dans l'ombre de l'escalier.. Je me mis à lécher ma mémoire et ses hanches dénudées, sa fente humide comme le bout de ses seins. Non parce que je suis un infâme mais en tenant compte des circonstances, de toute cette complexité. Maggy crût soudain qu'un démon venait de lui sauter dessus alors que je me contentais de faire face à la situation comme je pouvais. J'ai quelques ressources du côté de mon imagination, ce qui me sauvera toujours, et en exagérant le côté porno de l'affaire j'ai pu redémarrer comme une flèche. Oh.. Putain.. Qu'est-ce que je t'aime.. Elle faisait dans l'obscurité et s'accrochant à la rambarde de cuivre. Bien sûr pour mériter de tels compliments je n'y allais pas de main morte. Surtout que je ne pouvais me permettre aucune faiblesse. Le moindre relâchement et je risquais de mourir. Elle paniqua à la fin et se mit à brailler en atteignant l'orgasme. J'étais en sueur de la tête aux pieds mais vraiment content d'arriver au bout. Rarement senti autant soulagé. Je m'autorisais même à la prendre gentiment dans mes bras et de me laisser mourir empli de tendresse. J'avais le sentiment du devoir accompli. Comme l'impression d'avoir eu beaucoup de chance. Je me suis dit que c'était mon jour...

     

     


    votre commentaire
  •  

    Je rejoignais Maggy comme prévu le lendemain à l'entrée des thermes. Nous nous pelotâmes discrètement puis je la suivis vers le péristyle et en approchant je reniflais l'air épais et moite qui sentait légèrement le savon. Je suivais Maggy ou plutôt ses belles fesses moulées dans une jupe qui me paraissait un peu trop serrée. Durant quelques jours après le premier épisode sexuel dans la maison du paradis, j'éprouvais une sorte de répugnance à la seule idée de remettre ça un jour. Puis comme il fallait s'y attendre avec le temps je changeais d'avis. Comme tous les hommes je ne suis plus le même avec les batteries rechargées. De toute façon j'étais dans une période où un rien m'enflammait. Je crois fortement que mon esprit avait développé un mécanisme de défense curieux et compliqué. Sûrement à mon insu mais qui me réussissait j'avouerais. Comparable à un petit programme informatique à qui mon esprit aurait dévolu la gestion de mon existence au jour le jour en attendant Juliette. Tout était fait pour maintenir la machine à son meilleur niveau. Pendant que le présent filait invincible et un peu comme on va au cinéma certains jours pour tuer le temps. C'était exactement ça. Je bandais en permanence et je ne pensais qu'à Juliette qui je le savais par Salvador allait revenir dans les parages. Il avait plus ou moins la certitude qu'elle venait de louer un petit appartement dans l'autre ville thermale à la sortie du défilé menant à la côte. Je n'avais jamais autant remarqué de coïncidences dans ma vie. J'avais l'impression de n'avoir qu'à me lever le matin et attendre tranquillement la fin de la journée pour découvrir des choses merveilleuses sur moi et la petite partie du monde qui m'était dévolue. Les évènements s'emboîtaient comme un long pipe-line entre le grand lac blanc de montagne et mon désert qui refleurissait de cette belle eau claire qui s'y déversait et bientôt deviendrait la verte vallée aperçue en rêve une nuit où modestement j'attendais Dieu ou l'infini. A moins que ce ne soit la mort ce qui revient au même et je prêtais peu d'attention à ces nuances. Nous étions tous debout dans le grand théâtre. Il suffisait de tendre l'oreille vers qui que ce soit pour entendre la gamme complète des musiques humaines. Dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres il y avait de quoi repartir à zéro si une volée de bombes atomiques étaient venues détruire toute forme de vie ailleurs en nous épargnant. Donc je me laissais porter mais fallait-il encore que j'en bave selon ce qui était prévu. Je ne me plaignais jamais vu que nous étions tous soumis au même programme. Salvador dans ses moments de faiblesse où Lou un soir de cafard avaient autant besoin de moi que le contraire. Pourtant j'aurais du m'étonner un peu plus de les voir toujours ainsi débouler pile-poil quand il fallait. Tenant compte de ce que fut la longue pente glissante qui m'avait fait traverser le pays de part en part pour m'écraser un soir d'automne sur les montagnes et deux jours plus tard les premières neiges étaient en vue. J'aurais pu y voir quelques hasards de trop et rien de vraiment naturel. Je me serais mis à courir de tous les côtés avec l'intention de mettre la main sur le farfelu qui me faisait marcher. Rien de tout ça. Je restais calme et intéressé de connaître la suite. Ce fut une expérience mémorable de penser qu'il était parfaitement naturel de filer vers son destin. Maintenant au pas de course je suivais un beau cul ondulant et capricieux et de plus j'avais réappris à me tenir en de pareils circonstances. Je te présente Monsieur Martinez.. Me fit Maggy tout sourire. S'adressant directement à lui;. Et ça fait un moment que je prévoyais un petit topo sur nos eaux prestigieuses.. (Elle éclatait de rire..)Enfin, on est là et c'est le principal.. Ne nous en veut pas.. Mieux vaut tard que jamais comme on dit.;. Hein Martinez;.. Elle ricana en lui prenant un bras; Visiblement on était là entre vieilles connaissances. Moi bien sûr je faisais le nigaud et saluais mielleusement tout ce qu'on me présentait. Nous traversâmes des lieux vaporeux et leurs voûtes néo-gothiques avec moult simagrées. Maggy cavalait et me donnait l'impression de n'avoir plus été refroidie depuis que je m'en étais assez correctement occupé. La situation m'intéressait dans le sens où je cherchais à savoir combien de temps elle tiendrait dans son abstinence si je me retirais de notre petit commerce. A mon humble avis pas très longtemps. La bête était réveillée et plus disposée à se rendormir. Est-ce qu'au moins son mari s'aviserait de profiter de l'aubaine. Dommage pour lui je pensais. Sa femme chaude et nerveuse se révélerait momentanément une vraie affaire. Dommage surtout que son capital humain à cet homme frisait la banqueroute. Je m'étais permis de le lire dans ses yeux en lui serrant la main et il me jugea imbécile. C'est la vie qui veut ça. Elle éreinte et trompe lourdement tout ce qui se présente. Le meilleur s'en va en merdes inqualifiables. S'épuise en combats à mourir de rire si on recule d'un mètre seulement pour mieux observer. C'est une calamité. Se faire clandestinement taper dans le cul pour une Maggy c'est une forme de résistance devant l'honteuse tragédie. D'autres se suicident ou écrivent des bouquins. Commettent un crime. Se font clochards ou se barrent dans la forêt. N'importe quoi qui va pour de bon changer leur vie. Chacun son destin après tout. Tout est permis à la seule condition que ça arrive sur le mode automatique. Sans l'ombre d'une réflexion. La plus petite migraine. Le principal étant de tenir la distance, comme un long sprint galopant. Remplir de toute son énergie le quota temporel en y engouffrant le maximum de tout, et la recette est simple. Bouffer.. Dormir.. Baiser.. Et se Poser le moins de Questions Possibles;. Une vie c'est court et fragile, tout le monde le sait. Seulement dans une tête tourbillonnante comme la mienne même une vérité aussi claire finit par s'assombrir. M'obligeant à réviser indéfiniment la leçon et me répéter sans cesse. J'ai qu'Une Vie et Après C'est Foutu.. Ce qui a peu d'effet puisque Au Fond de Moi.. je me crois aussi immortel que n'importe qui et parfois j'écume de rage contre l'injustice. Honteusement alors, comme tous Les Autres.. J'étouffe dans ma légèreté. Bien sûr en moins d'une heure nous fîmes le tour et bouclé le fameux topo. J'avais pris des notes et des photos. Tourné la tête de tous les côtés. Ostensiblement Posé Les Bonnes Questions.. Seulement je recommençais à accumuler du retard Chez Moi.. et n'en voyais pas la fin. Je m'ennuyais et c'était terrible. Quoique sur place j'étais sauvé. Vu qu'il était temps de partir...

     

     


    votre commentaire
  •  

    Tard dans la soirée quand nous fûmes en vue des Champions Salvador tint à me démontrer que je n

    'avais pas perdu mon temps. Il s'arrêtait en face d'une petite maison de briques rouges et se tournant vers moi prit un ton caverneux. Tu te fais une petite dizaine d'affaires comme celle de ce soir et t'es vernis.. Y en aurait assez pour t'acheter une maison pareille à celle là.. Je le sais puisque c'est moi qui l'ai vendu.. Il fit claquer sa langue et semblait attendre ma réponse. Seulement je ne savais trop que lui répondre. Oh ça peut m'amuser un soir .. Puis c'était un coup de chance aussi. Faut pas exagérer.. Ils vont acheter cette maison parce qu'elle leur plait c'est tout.. Haann.. Arrête;. Tu t'es débrouillé comme un chef.. De toute manière ton histoire de contrebandiers je la retiens.. Chapeau. Je ne sais pas où t'as été la pêcher cella là.. mais c'est ce qui a décidé la vente tu peux être sûr.. Je sais comment ça se passe.. C'est quatre vingt pour cent de psychologie;. L'immobilier c'est avant tout l'esprit qu'est-ce que tu crois;.. Les chiffres et contrairement à ce que tout le monde s'imagine, ça reste secondaire.. Ces gens voulaient du vrai.. De l'authentique avec une histoire pour épater leurs amis à la maison et tu leur a amené ça avec un plateau.. T'es un futé;.. Sur un plateau.!.. Je fis.. Comment ça; c'est pas ce que j'ai dis?. Tu as dit avec un plateau.. Et on dit sur un plateau.. Oh tu vas pas te mettre à chicaner.. Sur un plateau ou avec un plateau.. Qu'est-ce que ça change.. Le principal ça aura été de vendre la baraque et ramasser la monnaie.. Je remuais la tête. Ca change tout au contraire.. Dans la finesse d'une phrase;. Tu as d'un côté une formule qui coule parfaitement de la bouche à l'oreille.. Et de l'autre une pâte molle qui accroche à la langue.. Salvador comprit que sur ce terrain je ne lâcherais pas prise et revint à cette idée qui le transcendait;. . Franchement;. Quand je t'ai vu commencer à tracer une ligne dans la montagne avec ton doigt et ces cons qui t'écoutaient la bouche ouverte;. J'ai pensé que tu les promenais comme tu voulais.. Le pire.. C'est que j'aurais payé moi aussi pour comprendre ton histoire. Tu te rends compte.. Et bien il fallait me demander, je t'aurais traduis.. Ouaih.. N'empêche cette histoire de contrebandiers qui se seraient abrités juste dans cette maison là au début du chemin de crête.. J'espère qu'ils ne vont pas avoir l'idée de se renseigner;. Ça la foutrait mal.. Et bien ils peuvent.. Je reprenais.. Parce que c'est bien un des chemins de la contrebande et il n'aura jamais autant servi que durant la dernière guerre pour les prisonniers évadés.. J'ai rien inventé;. C'est la stricte vérité.. Tout le monde va leur confirmer si jamais ils en parlent autour d'eux.. Je fis d'une voix ferme. Ca me la coupe;. Siffla Salvador.. Il faut que tu viennes avec moi;. T'es bien meilleur que je croyais.. C'est exactement ce qu'il faut dans ce boulot.. Des idées.. De belles et grandes idées.. C'est moi qui te le dis;. Même la proprio de ta maison;. Si on devait en parler.. Je la connais bien. Si jamais tu voulais l'acheter un jour au lieu de payer un loyer toute ta vie.. C'est vachement faisable;. Je m'en occuperais personnellement et tu peux me faire confiance;.. D'un coup j'éclatais de rire de la même façon que les chiens se mettent à bailler. Décontenancé Salvador de biais dans sa belle bagnole neuve argentée sottement m'observa. C'est fou.. Je lui ai balancé. Qu'est-ce que tu dois te sentir seul sur terre toi aussi.. J'avais pas imaginé jusque là;. C'est une vraie épidémie dans la région.. T'as tord de me prendre comme ça.. Il fit et je discernais dans son regard un voile de tristesse. Cela fit disparaître immédiatement l'envie de me marrer. C'est bel et bien le genre de choses qui en moi réveillent une indulgence sans limites. J'ai beau sentir ma boussole détraquée souvent, je retrouve aussitôt le nord si on me parle en langage humain. Ce que les yeux de Salvador réussissaient nettement mieux que son esprit conscient heureusement pour lui. Excuse moi. Je lui dis. C'est qu'en vérité je ne sais pas quoi te répondre. Je ne crois pas pouvoir beaucoup t'aider.. Ce soir la chance était au rendez-vous et on en a bien profité.. Mais demain et tous les jours.. C'est pas évident.. Je ne connais pas de métiers qu'il faut pas apprendre;. Et je me vois mal remettre ça à mon âge;. Il retrouva aussitôt sa prestance devant de pareils aveux de faiblesse; Me tapant la main sur une cuisse. T'es un brave gars.. Mais tu te sous estimes.. C'est bien dommage pour toi et je crois moi que c'est ton problème.. Notre métier il est pas comme les autres.. Il s'apprend pas dans les bouquins qu'est-ce que tu crois.. T'imagines que j'ai fais des études moi alors.. Et regarde la bagnole que j'ai pu me payer.. En trois mois de boulot;. Tu le croiras?;. Pour te donner un exemple;. Je ne sais pas si tu as remarqué la jeune qui traîne avec les anglais;. Juliette.. Tu vois qui c'est?.. Elle avait jamais travaillé dans l'immobilier.. Et bien elle s'y est mise.. Bon peut-être pas à temps plein;. De toute façon je comprend pas trop ce qu'elle fait et où elle vit.. Mais n'empêche que c'est elle qui va s'occuper des locations et des gîtes;. Elle est venue deux ou trois fois avec moi;. Elle se débrouille pas mal du tout;. Personne lui a jamais appris elle aussi.. Ca n'a aucune importance.. Il faut être malin au départ et après avec un peu de bonne volonté ça fait le reste.. Ce métier c'est de l'instinct et rien d'autre..; Je humais l'air ambiant pendant l'épreuve. Laissant les pores de ma peau se refermer comme des écoutilles. Dans cet état seulement je parvins à sauver mes couleurs. Loin de me retrouver anémique je conservais un visage parfait. Lisse et calme. La puissance d'une vie entière s'y exprimait. Mon Double.. M'avait remplacé.. Aux Veines Emplies de Mercure..  et Salvador ne se doutait de rien. Oui.. Je vois qui c'est. Je soupirais mollement. Tu parles de celle qui est avec Potiné.. Une belle gonzesse quand même;. Elle va bosser avec toi alors.. D'abord elle est pas avec Potiné.. Il fit assez hargneux. Plutôt rageusement même. C'est pas parce qu'il bave comme un cochon dès qu'il la voit qu'elle est avec lui.. Il s'invente peut-être des histoires.. Mais ça va pas plus loin;. S'emportant.;. Et.. Oh.. Je le sais.. J'étais avec eux le jour où on a été au lac de montagne;. Il essaie de faire croire à tout le monde qu'il se l'envoie;. Tu parles.. Quand il cherche à aller un peu trop loin il se fait remballer oui.. J'opinais avec force. Drôle de femme;. T'as l'air de t'y intéresser toi aussi;. Ou je me trompe.. Salvador se contenta de claquer la langue. Lourdement il se redressa sur son siège. Moi de mon côté j'étais absorbé par une libellule écrasée sur le pare-brise juste dans ma ligne de mire. Allez viens on y va.. Il lâcha. On avait pas dit qu'on irait boire un coup.. Une affaire comme celle d'aujourd'hui ça se fête;. Non... Dans la soirée j'appelais David. Dis vieux.. Si on invitait nos copines de la côte pour vendredi.. Qu'est-ce que t'en penses.. On a aucune raison de leur faire la gueule;. Ou je me trompe.. Il ricana.. Je n'y vois aucune objection mon ami;. Je n'osais te le proposer.. Allez, à plus;. Je fis.

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires