• Comme une Marque d’Humanité (29)

    Dans un éclair je me dis que cette vérité avait le même goût de sueur épicée qui me faisait ravaler ma salive. En premier lieu donc et toujours sous le coup de l'excitation, je décidais de passer en ville et pourquoi pas m'arrêter prendre un verre avant d'aller rendre la voiture à Raymond. J'étais tranquillement sur le chemin et juste à un croisement et de l'autre côté d'une rue, j'aperçois David, Le Nouveau Prêtre.. Le voir me fit un effet que je ne connaissais que trop bien. J'ai bien senti que l'idée de lui serrer la main et dans la foulée discuter un bout de gras avec lui me procurerait un réel plaisir, quoique assez surprenant, et en sens inverse, une sorte de mauvaise volonté, une gêne pesante, une réticence qui s'exprimait par un pincement au coeur, un masque discret il est vrai sur mon visage mais un peu dégueulasse aussi, comme les paroles qui restaient bloquées dans ma gorge, cette nervosité malsaine encore que j‘avais toujours connu. Puis à son tour il m'aperçut et me fit un signe franc de la main, Clair et Limpide comme une Marque d'Humanité. Alors j'arrêtais mon véhicule et m'en extirpais avec bonheur pour traverser la rue et le rejoindre sur le trottoir où il m'attendait. Ca va... Ca va... On va se boire un verre, si t'as cinq minutes... Ca me va... Comment dirait-on la même chose en Italien, Russe, Polonais, ou Chinois. Tu t'y fais à ce trou, je lui demandais alors que nous venions de nous attabler à la première terrasse sur notre chemin. Très bien. Et toi ça te plaît, comment est-tu arrivé par ici... Presque par hasard, j'avais entendu quelqu'un en parler à quelqu'un d'autre à une table comme celle-ci, quand je suis arrivé dans la région et je suis venu voir. Le type disait en rigolant que pour mourir d'ennui il n'y avait pas mieux. Crois moi que c'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd.. C'est exactement ce que je cherchais, d'ailleurs aussitôt j'en ai déduis que c'était le paradis sur Terre.. et J'ai rappliqué le jour même... ça fait cinq ans de ça maintenant... Il s'esclaffa avec son beau sourire à mon histoire et secoua la tête. Puis il se mit à me décrire ses journées qui ne ressemblaient à rien de ce que je connaissais. Mon imagination peinait à le suivre dans ses Aventures au milieu Des Siens censés aussi être Les Miens. Le sont-ils forcément... J'ai un doute;. Ca t'arrives de courir, le footing je veux dire, tu aimes ça. Il me demanda en changeant soudainement de sujet. Je m'y suis remis depuis pas très longtemps; mais je crois que je vais plus décrocher. Je commençais à rouiller sérieusement, et à mon âge cela devient vite chronique.. Si on fait pas attention.. J'ai plus les moyens d'être fainéant. Il sourit à nouveau et s'amusa à rajeunir de dix ans d'un coup. Rien que pour m'épater. Comment as tu deviné pour ça aussi... Bien sûr, aussitôt je m'en voulais de m'être livré de cette façon et j‘eus le sentiment qu'en une seule phrase je venais de lui raconter toute ma vie. Alors qu'évidemment il allait me proposer de courir avec lui un jour ou l'autre, et j'aurais voulu me tromper. Seulement mes craintes ne reposaient pas sur du sable. J'avais vu juste et le vérifiais immédiatement. Et bien écoute, je Partage ça avec toi. Moi Aussi j'ai besoin de courir à peu près tous les matins, c'est une vraie drogue je dois reconnaître comme pour toux ceux qui s‘y mettent un jour. Si ça te dit, demain on peut courir ensemble. Piégé que j'étais, fait comme un rat une fois de plus, et impossible de trouver une excuse, pas le plus petit alibi en vue. Mais il dut soupçonner ma pensée. Enfin, si ça te fait plaisir, il y en a qui préfèrent courir seuls, je le comprends. Mais non pas du tout. Je m'exclamais. Ca va me changer un peu, Au Contraire.. t'as qu'à passer demain vers dix heures chez moi, je prend toujours un chemin qui part en forêt du côté de la petite vallée du Prats. Après c'est plutôt une ligne droite en altitude, cela ressemble à un couloir aérien. Je fis en appuyant l'image d'un geste curieux. On voit loin mais ça reste assez plat quand même, c'est un excellent parcours, sauf quand il pleut, ça devient de la boue à cause des troupeaux de moutons. Je me crus obligé d'en rajouter pour faire taire ses soupçons...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :