• Des litres de Sang (61)

    Il cessa de sonner à l'instant où David parvint à me ramener mon blouson depuis la penderie. Heureusement aussi le numéro continuait de s'afficher. Je finis par comprendre en serrant les poings et c'est pourquoi je rappelais aussitôt le cœur battant. J'entendis la voix de Monique, la femme de Raymond et avant qu'elle ait eu le temps de s'expliquer une montagne de souffre m'engloutit. Je n'allais pas mourir de tristesse et je veux être honnête puisque la tristesse se déguste en solitaire et uniquement. Mais je manquais de mourir de honte. Monique qu'est-ce qui se passe. Dis moi ce qui t'arrive. Essaie de ne pas pleurer je t'en supplie.;. Je l'implorais mais ça ne la calmait pas et j'en savais toujours pas plus. Si ce n'est que je pensais au pire bien évidement. Cela faisait plus d'une semaine que je me promettais de passer voir Raymond. Mais je n'en faisais rien et j'étais ce qu'on peut appeler dans ces circonstances, une vraie petite peau de vache. J'avais espéré ne plus jamais connaître un pareil sentiment. Mais je ne changeais pas plus au fond de moi même que le monde autour lui, ne se décidait toujours pas à m'expliquer l'incompréhensible. Je sus me montrer patient heureusement et après une minute de sanglots que j'entendais jusque dans les moindre détails. Créant en moi des images intolérables de replis de chair dans sa gorge où s'écrasaient les sons avant que l'air des poumons comprimé par la souffrance ne les expulse jusqu'à mon oreille. Raymond va mourir à l'hôpital et il veut te voir... Oh, pardon de te déranger si tard... Je te demande pardon. Je le fais pour Raymond. Ne m'en veux pas s'il te plait... Pardonne moi.. Monique je t'en prie... arrête.. Je fis avec une grimace épouvantable. Mais elle ne se calmait plus et sa voix n'était que du plomb fondu qui pénétrait mon oreille brûlant tout sur son passage. Je serrais les poings et les dents comme un damné. J'aperçus furtivement David qui se frottait les lèvres et ainsi semblait regretter sa propre impuissance. Le torrent de larmes cessa enfin et laissa la place à une voix hachée et tordue de douleur. Qu'est-ce qui se passe. Dis moi. Où est tu là... Je suis à l'hôpital. Raymond a fait une hémorragie hier soir. On l'a amené à l'hôpital et je pensais que ça irait comme d'habi.. Elle s'étrangla à cet instant... Mais aujourd'hui il a craché du sang.. Des litres de sang.. Il viennent de le plonger dans le coma pour la nuit. Et le toubib m'a fait comprendre que cette fois c'était fini. Il ne le sait pas lui;. Il croit toujours qu'il lui reste quelques semaines de plus.. Mais aujourd'hui il t'a demandé. Mon Dieu.. A nouveau des larmes lourdes et brûlantes. Une giclée de l'insupportable humanité qui ne lâche pas le morceau au point que les mourants ne lui suffisent jamais. Les bien vivants l'amusent autrement plus. Vivants et mourants plongés dans le même et unique hachoir à viande. Ceux qui cessent de souffrir ne perdent ainsi par leur utilité pour autant. Ils servent d'appâts pour les autres que la maladie épargne encore.. Ce qui n'est pas à mon avis et loin de là un signe de mansuétude du destin ou du mystère, pourquoi pas de Dieu, et appelons ça comme on voudra. Mais correspond simplement au fait qu'il faut bien quelques pigeons pour continuer à rigoler. Et plus ou moins valides si possible... En État de comprendre en tout Cas.. Que vaudrait la souffrance sans une parfaite lucidité?.. Elle s'apaisa soudainement et put me dire ce qu'il en était.. Raymond veut te voir avant de mourir. Il connaissait pas grand monde en vérité. Il était pupille de la nation et n'avait jamais eu de famille. C'est même pour cette raison qu'il s'est engagé dans l'armée. Il avait que moi et je connais plus grand monde non plus. Je Ne Suis Pas d'Ici.. Puis quand on s'est connu c'était presque trop tard déjà pour avoir des enfants. On a jamais réussi.. Lui il t'avait et en tout cas c'est comme ça qu'il le voyait. Quand il passait une journée avec toi à la pêche ou aux champignons, il revenait le soir à la maison, et on aurait dit que c'était plus le même homme... Je vais venir de suite. Je fis sans réfléchir une seconde. Non. Reste là bas.. c‘est trop loin, on est en pleine nuit et ça ne sert à rien. Je t'appellerai pour te dire ce qui se passe, et d'après les toubibs ils vont le faire revenir demain ou après demain. Il en aura pour quelques jours et ce sera fini. Il ne pourra même pas rentrer chez lui.. Mourir dans son lit. Je n'entendis qu'un sombre grognement cette fois. Comme si elle contenait une avalanche dans sa bouche et à la seule force des mâchoires. Au milieu de la pièce j'étais toujours debout et désemparé. Mon bras droit tombait, l'autre me faisait mal crispé de cette façon sur le portable, et mes genoux fléchissaient misérablement. David s'approcha et très lentement comme il aurait fait avec un malade me guida vers le fauteuil. Mais j'étais réellement malade et il avait raison d‘agir ainsi. Ce n'était pas du cinéma. J‘allais m‘effondrer dans moins d‘une minute. J'avais quarante de fièvre et ma peau sentait le vinaigre. Je ne tenais plus sur mes jambes. Je te rappellerai demain et surtout essaie de te reposer. Je fis très calmement à Monique. N'hésite pas s'il y a du nouveau. Quoi que ce soit. A n'importe quelle Heure.. Je rapplique aussitôt et t‘inquiètes pas si c‘est le jour ou la nuit. Surtout pas... Je t'en prie; j'ajoutai. Ne me laisse pas dans l'ignorance. Merci.. Merci.. Elle s'écria au moment de raccrocher...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :