• Elle voulait Ma Peau. (32)

    Ce qui me plaisait à l'instant chez Rachel, était qu'elle se donnait à fond, sans l'ombre d'une retenue, et je suis persuadé qu'elle ne peut faire autrement. Où Alors elle y va Pas. Elle me ressemble beaucoup je crois par ce côté. Comme moi elle peut s'abstenir et je suis sûr de ce que je pense, et finir par presque oublier, ce qui n'a rien d'héroïque. On en Meurt Pas.. Quand l'époque se montre abusivement calamiteuse. C'est seulement une façon reconnue d'esquiver les gouttes par temps de pluies acides. Mais elle avait mangé du lion en prévoyant ma venue, et revenait à la charge au moindre signe de lassitude. S'emparait de mon engin comme si elle voulait en découdre. Heureusement pour moi je n'avais plus toute ma lucidité, faute de quoi je me serais certainement fait quelques frayeurs. Je crois que son truc vraiment est de sucer. C'est une spécialiste. Elle aime ça et me l'engloutissait avec une frénésie qui à la fois me laissait pantois et me collait au plafond. Je me retrouvai sur la table de ferme au milieu de la grande pièce du bas de sa maison, et à genoux entre mes jambes, elle s'activait comme une furie en me griffant de partout. Elle voulait Ma Peau. Puis je la prenais en levrette, et elle poussait des cris alarmants et donnait des coups de reins qui manquaient de me désarçonner. Une vraie folie. Je suis sûr qu'Henri n'en perdait pas une miette et préférait de loin ce rodéo à l'épisode du lynchage dans lequel ils s'étaient mis à plusieurs pour m'enfoncer la tête dans les épaules, bien profond. Je pouvais penser d'elle tout ce que je voulais sauf qu'elle n'était pas une de ces maudites mijaurées qui n'ont rien de mieux à faire dans la vie que de se chercher une raison d'être sur la peau des autres. Comme mes semblables je me suis fais allumer en quelque occasion par une de ces créatures qui se découvrira des états d'âmes au moment de conclure. Qu'elles crèvent. La vie est trop courte et déjà assez humiliante Dans Son Essence(ne sommes nous des paquets de matière fétide..) pour que la dernière des nulles se permette d'abuser ainsi de la fragilité d'une civilisation. Se payer sur Les Bêtes quand on a la tête vide me paraît une vengeance trop facile à notre époque. A la portée des imbéciles malheureusement. Qui sont nombreux et nombreuses. Donc Rachel et moi on s'était d'abord confié en guise de préliminaire. J'ose penser que c'était plutôt elle qui s'était laissé allé à s'épancher quelque peu. Car pour ce qui me concerne, je me crois parvenu au sommet de mon art. Qui consiste à parler pour ne rien dire. Je ne sais plus combien de scénarios j'ai déjà écrit vite fait dans ces situations, au débotté. Je ne triche jamais complètement, et je parviens le plus souvent à conserver une authentique sincérité. Il m'arrive parfois aussi de citer des choses que j'ai écrite, et que je ne pourrais raconter de cette manière si je ne les avais sincèrement vécues Dans Mon Esprit. Le principal pour ce soir par exemple, était qu'elle soit contente de parler avec moi et de se laisser aller en toute sincérité. Elle Prenait Son Pied.. La vie passe à la vitesse de la lumière, et si je m'avise de jeter un oeil sur le compteur, je risque fort de me détourner amer et désabusé. Heureusement Les Besoins Réels sont là et nous éblouissent. Pertinemment je constate à quel point il est vain de chercher la vérité pour tout et n'importe quoi. La mienne je l'ai réduite en bouillie, j'en ai fais de la pâte à modeler, et je lui donne la forme que chacun veut. Il suffit de demander. Mais quand à la matière, je n'en ai qu'une à fournir, toujours la même. Je ne suis pas assez malin pour être un vrai escroc. Je parle souvent pour ne rien dire certes, mais c'est sans méchanceté ni but précis, ou arrière pensées. C'est pour meubler le vide et donner le change, sans plus, ou faire passer la pilule. Celle que chaque jour, je me vois personnellement obligé d'avaler. D'ailleurs quand ça a commencé à m'écœurer moi même de m'entendre parler je suis tombé malade pour de bon et je me suis sauvé aussi loin que je pouvais. Avec seulement ma peau sur le dos qui voulait pas me lâcher..


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :