• Tellement On a Rigolé.. (122)

     

    Je revis Monique le lendemain. T'as de la chance.. Elle me fit.. Je viens juste de rentrer ce matin. Je voulus savoir de quel voyage elle parlait. Il me reste une soeur dans le nord. J'étais là bas avec elle. Sinon;.. J'insistais. Des hauts et des bas.. Ca dépend des jours.. Tout me rappelle Raymond ici.. C'est terrible. Et toi.. J'ai l'impression que tu as maigri.. Mais ça te va bien quand même. T'as pris des couleurs aussi. Mais rentre.. je te fais un café. Nous pénétrâmes dans la maison qui me frappa par son arrangement. On aurait dit un musée. Des affaires de Raymond étaient disposées un peu partout comme s'il devait rentrer lui aussi de voyage le jour même. Je remarquais une casquette, l'appareil à rouler ses cigarettes qu'il utilisait par coquetterie, ses pantoufles.. Et même, et je dus m'approcher pour être certain plus tard de ne l'avoir pas rêvé, deux journaux antérieurs à sa mort et laissés comme si de rien n'était sur des meubles. Je ne pus empêcher qu'un lamentable frisson me fasse plier l'échine. Je me croyais néanmoins plus discret. Oh.. Fais pas attention.. J'ai pas encore eu le temps de tout enlever.. Murmura derrière moi Monique. Alors raconte moi un peu comment tu t'organises.. Tu vois un peu de monde j'espère;. C'est Pas Bon de s'enfermer chez Soi.. Oh.. Elle s'exclama.. Heureusement que ton ami David est là.. Qu'il est gentil cet homme;; Je ne pense même pas à l'appeler autrement.. C'est drôle.. Non.. Il est venu au moins une fois par semaine.. Avec monsieur Saulnier et sa femme.. Madame Daban aussi qui passe deux ou trois fois par semaine et m'amène faire les courses.. Tu dois savoir qui c'est.. Parce qu'elle te connaît de vue.. Je me grattais la tête en donnant l'impression de chercher à me rappeler. Je vois pas qui c'est.. Je me résolus à avouer. Mais de toute façon ce n'était pas le plus important. David s'occupait d'elle depuis la disparition de son mari. Humblement et sans jamais m'en parler. Mobilisant ses amis et lui évitant de sombrer. Alors que je vadrouillais à droite à gauche avec assez de temps en rab pour avoir de quoi mourir de honte. J'aurais pu en offrir un peu à Monique sans que cela me manque. M'en serais-je seulement aperçu?.. L'idée m'attrista mais je n'y pouvais rien. Je n'étais pas plus dur avec elle que je ne l'avais été pour moi dans la vie. Elle se mit à me parler de ses journées et je ne l'écoutais pas vraiment. Mes pensées comme de minuscules nuages vagabondaient au dessus des êtres réels. Je pensais que cette existence était lourde à porter, et que tout ce qui pesait sur la conscience venait injustement s'ajouter au fardeau. L'idée de mourir dans un avenir plus ou moins proche me réconforta alors que Monique se posait à voix haute la question de savoir si elle ne ferait pas mieux de rejoindre sa sœur dans le nord. Il te reste de la famille là bas.. Je lui demandais. J'ai ma sœur et mes neveux et nièces.. Et aussi des amis d'école.. Qui n'ont jamais quitté le village.. C'est drôle tu crois pas?.. Qu'est-ce qui est drôle.. Je fis. Et bien qu'on retourne à la vieillesse là où on a grandi. Je viens d'y passer deux semaines et bien tu devineras pas ce que j'ai fait le plus souvent.. Elle reprit sans attendre que je fasse mine de deviner. J'en profitais aussi pour m'emparer du café posé sur le plateau argenté. Dis moi.. J'affirmais.. Ça m'intéresse.. Je la vis soudainement s'ouvrir et briller. Comme si elle comptait me faire une blague. Je me suis promenée tous les jours sur les petits chemins que je prenais petite pour aller à l'école.. Des petits chemins de rien du tout avec des buissons plus grands que nous.. Comme ça on pouvait s'y cacher avec mes sœurs et les copines;. Les grands.. voyaient pas ce qu'on y faisait.. Si tu savais;. Ca va derrière les maisons entre les champs et les vergers.. Et bien tu le croiras pas;. Elle me tapota un genou et je manquais de renverser le café. Je me suis amusée à piquer des fruits cette année à chaque fois que j'y passais.. J'ai pas arrêté. Des poires et des pêches, du raisin, de grosses prunes.. même de la rhubarbe.. Mais alors la meilleure.. C'est que j'ai retrouvée une vieille copine là bas du temps où j'allais à l'école, on était dans la même classe elle et moi.. Du coup on s'est retrouvées et elle aussi est Veuve.. On a Recommencé.. À se promener toutes les deux et mises à piquer des fruits ensemble comme on faisait à l'époque;. Qu'est ce qu'on a rigolé.. Seulement tu sais pas.. Après elle m'a invité à sa maison et on a fait un chocolat.. Alors là c'était la meilleure;. Des fruits qu'on s'était amusées à piquer.. Et bien c'était chez elle;. Le champ était à son mari qui est mort.. Quand je me suis rendue compte;. J'ai cru devenir folle.. Tellement on a rigolé..

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :