• Une Sorte d’Idéal (107)

     

    Enfin.. une vue pareille ça vaut vraiment le détour. Je me dis à haute voix et de façon à être entendu par Maggy qui revient dans mon dos. Tiens mon chou.. Elle me fait en tendant une bière. Je m'en empare et mes doigts se glacent. T'as été la chercher au fond de la mer.. Je m‘exclame. Le frigo en est plein.. Ils doivent pas s'ennuyer ces chasseurs.. Elle glousse d'une curieuse façon me laissant deviner une autre idée derrière les mots; Tu les connais bien.. Je demande un peu sans raison. Parce que surtout comme je viens de le souligner. J'éprouve un impérieux besoin de meubler ce silence trop lourd à porter même seulement à deux déjà. Ce qui pour moi est une tragédie. Le silence étant ce manteau divin de mon destin qui Seul.. me protège depuis des années de l'honteuse condition humaine. Mais je sais comme il devient un champ de mines aussitôt deux pelés à se retrouver en tête à tête. Les vrais silencieux deviennent le plus souvent des pipelettes en société. De grands bavards disgracieux. Ils disent n'importe quoi, tout ce qui leur passe par la tête ressort aussitôt par la bouche. Ils ne savent rien garder. Ils n'ont pas l'habitude. Le silence les grandit démesurément, alors ils ne savent plus se débrouiller à ras de terre. Je laisse mon regard vagabonder sur le vide immense de la vallée. C'est vraiment le paradis ici.. Je me demande si je vais pas finir par ramener mes valises et m'y installer en douce. Après tout comme tu m'as dis. A part les chasseurs et quelques autres de temps en temps je serais tranquille. T'auras qu'à me prévenir de leur passage et je me planquerais au fond la buanderie.. Tu pourras même m'y rejoindre si ça te prend.. Maggy debout dans mon dos m'attrape par les épaules. T'es un sacré numéro.;. Elle me fait. Je te signale quand même que parmi ces fameux chasseurs il y a quelqu'un que tu connais maintenant.. Même que tu l'as rencontré il n'y a pas longtemps.. Ah bon;. Je siffle en me basculant sur la chaise les pieds sur le muret qui surplombe le vide au bout du jardin côté sud-est. Et de qui tu veux me parler en prenant un ton si intriguant.. Ce qui l'amène à ricaner une fois de plus. Mais de mon mari mon cher gredin.. Elle siffle en m'enlaçant et me cajolant comme une chatte. Je sens son souffle de très près. Il a perdu de son mystère. Le charme, que cela me convienne ou non est rompu. Il faudra un certain temps je sais pour reconstituer les réserves érotiques indispensables. Cela reviendra et c'est juste une question de temps. Je suis un peu coincé dans cette histoire et puis Maggy est plutôt un bon coup. Un peu longue à chauffer mais une vraie garce dans le feu de l'action. Réactive comme il faut ce qui en fait le contraire d'une empotée. Alors pour vidanger la bête elle fera encore parfaitement l'affaire. Je m'arrangerais pour que ça se passe différemment à l'avenir. Compliqué certes. Je pense dans la foulée. M'amusant à nouveau de la situation. Soudain l'envie de revenir sur le sujet du mari me reprend. Le petit coup de blues que je traversais s'évaporant de lui-même. Alors comme ça ton mari t'a raconté;. Je reprend. Oui mon vilain garçon.. Elle me susurre accrochée à mon cou et dans mon dos. Puis elle s'envoie une gorgée de bière dont l'odeur me semble bien plus forte que celle que je viens d'avaler. T'aimerais bien savoir ce qu'il m'a raconté sur toi.. C'est pas vrai mon vieux gredin.. Je suis sûre que tu voudrais savoir.. Vous êtes tous pareils les hommes;. Pas seulement vous devez en avoir une entre les jambes;. Mais il faut toujours vous rassurer.. Personne a le droit d'en dire du mal;. Même pas les maris des femmes respectables que vous prenez tant de plaisir à corrompre.. Ohh tu es un monstre. Et qu'est-ce que nous venons de faire.. Tu te rends pas compte.. Si au moins tu avais honte;. Comme elle se met à mordiller ma peau à la base du cou je cherche à savoir si ça ne serait pas trop salé. J'ai transpiré avec toutes ces émotions;. Tu comprends.. Mmmh.. Elle se contente d'exprimer. Je ne sais toujours pas ce qu'a dit ton mari. J'insiste avec même la trique qui revient. Mmmh.. Il t'a trouvé sympa.. Et un peu timide;. réservé plutôt.. Voilà, j'espère que ça te convient.. T'aurais voulu que je dise autre chose, n‘hésite pas;.. Non ça me va.. Je conclus en savourant un ensemble d'éléments disparates s'additionnant harmonieusement dans la fraîcheur du jardin à demi sauvage surplombant la vallée. Au loin à près d'un kilomètre les Thermes dans lesquels curieusement je n'ai pas encore mis les pieds. Des montagnes vertes et le ciel bleu. Des sons indistincts. Sûrement de quelconques moteurs vibrant jusqu'ici. Des rapaces planants sur les courants d'air ascendants. Des collines de pierre de ce côté et nous sommes au deux tiers de l'une d'entre elle parfaitement exposée au sud. Une sorte d'idéal.....

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :